Les bijoux de pacotille


Céline Milliat Baumgartner

Pauline Bureau

16 - 20 janvier

dès 15 ans

made in TPV | Théâtre

DURÉE : 1h15 • Grande Salle

Vous pouvez également réserver vos places par téléphone au 01 40 03 72 23 ou par mail à l’adresse

resa@theatre-paris-villette.fr

Dates

mardi 16 janvier à 20h
mercredi 17 janvier à 20h
jeudi 18 janvier à 20h
vendredi 19 janvier à 19h
samedi 20 janvier à 20h


Le 19 juin 1985, à 3h30 du matin, une voiture sort de la route à l’entrée du tunnel de Saint-Germain-en-Laye. Pour toute trace, ne restent plus de cette nuit-là qu’une boucle d’oreille en forme de fleur et deux bracelets en métal, noircis par le feu, des bijoux de pacotille qui sont restitués à la famille. Céline Milliat Baumgartner entreprend dans ce texte un long travail de mémoire à travers les objets et photos qu’elle possède pour dresser le portrait de ses parents disparus. Un père souvent absent pour son travail et une mère actrice qui embrasse Depardieu dans un film de Truffaut. Puis vient le récit d’une enfance presque normale d’une enfant sans parent.

— — —

malvoyant ACCESSIBILITÉ 
Les bijoux de pacotille est accessible aux spectateurs aveugles et malvoyants : des programmes détaillés (caractères agrandis et braille) sont mis à disposition grâce au soutien de la Mairie de Paris et de l’association Accès Culture.
Informations et réservations : 01 40 03 72 23 / resa@theatre-paris-villette.fr
Tarif réduit pour les spectateurs déficients visuels : 15 €, et 12 € pour les moins de 30 ans.

« L’émotion est tenue, retenue et domestiquée par les mots, par les pas, par les gestes, par la grâce de l’actrice. » Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart

« Aussi noir puisse-t-il paraître, le récit se pare alors de reflets lumineux, de ceux qui éblouissent lorsque s’ouvrent les boîtes à bijoux théâtraux qui, en l’espèce, sont tout sauf de la pacotille. » Vincent Bouquet, Sceneweb

« Céline Milliat Baumgartner regarde la mort de ses parents dans les yeux, elle dévisage l’enfant qu’elle était, avec complicité, bienveillance et humour aussi. Rarement on a vu une histoire de deuil aussi lumineuse. » Marie Plantin, Pariscope

« Pauline Bureau épouse avec intelligence cette pudique mise à nu. » Suzanne Lay, Toutelaculture.com

« Accompagnés de plus d’une mise en scène aérienne et intime de Pauline Bureau, nous sommes saisis par l’univers sensible de la narratrice et ce qu’elle génère au plus profond de nous-mêmes. » Jean-Philippe, Unitedstatesofparis.com

« Ces « bijoux de pacotille » nous laisseront au cœur une mélodie entêtante et touchante, triste et douce comme le souvenir de la musique des bracelets d’une mère cliquetant à son poignet. » Marie-Hélène Guérin, Pianopanier.com

« Beau et doux, beau et pudique, beau et sincère. » Véro Beno, Theatr’elle

— — — — — — — — — — 

JEUNESSE CRITIQUE !

Le Théâtre Paris-Villette donne la parole à ses jeunes spectateurs ! Les élèves de 1ère L du Lycée Charles de Foucault (Paris 18e) posent leurs regards de JEUNESSE CRITIQUE sur le spectacle Les bijoux de pacotille.

« Une jeune femme admirable et courageuse qui retrace sa vie pleine d’espoirs et d’avenir. Une pièce émouvante, drôle et vraie, qui vous emportera dans les souvenirs d’une enfant sans parent. » Loan Larcher

« Elle est seule sur scène et elle déchire ! » Garance Serres

« Un spectacle magnifique et touchant nous rappelant qu’il faut chérir chaque moment auprès des siens et savoir profiter de la vie. » Elya

« Les bijoux de pacotille c’est l’histoire de parents disparus trop tôt, c’est l’histoire d’une petite fille, d’une jeune femme puis d’une femme qui tente de se reconstruire, en se remémorant des souvenirs, des gestes anodins, des attentions du quotidien. Les bijoux de pacotille c’est se replonger dans la peur viscérale de la perte d’un être cher. Et cela nous fait prendre conscience qu’il n’y a rien de plus fort, que l’amour qui unit un enfant à ses parents. » Millerioux Lou

« De cette représentation je suis ressortie touchée et marquée par un témoignage si franc et si authentique mais surtout raconté par cette voix d’enfant. Je conseille fortement d’y aller parce que danser avec un peu de douceur, étrangement de légèreté mais aussi de tristesse est agréable de nos temps. » Jeanne LANDREAU    

« A voir sans hésitation, les cœurs sensibles seront d’autant plus touchés. » Emma Pellard  

« La poésie de la mise en scène n’a d’égal que son ingéniosité. » Emmanuel  Mournetas

« Seule face à l’inconnu, elle n’a pas peur, mais nous oui. On a peur de savoir la vérité, on a peur de la fin, peur de la mort, on devient l’enfant. «Quand mes parents ne seront plus là» je pleurerais toutes les larmes de mon corps, et vous, vous ferez quoi ? » Ludine

« Céline Milliat Baumgartner, à l’origine de ce texte autobiographique, réussit à anesthésier dans l’onirisme, armée d’une grâce formidable et accompagnée d’une mise en scène géniale, la douleur et la tristesse qu’elle peut provoquer. » Massimo.T

« Réaliste et magique à la fois, cette pièce est un diamant brut. » Nina Pozzo di Borgo

 « C’est un hommage
À ses parents,
Un témoignage
Nous affectant
C’est un monde poétique
C’est une boîte à musique
Nous regardons cette poupée magnifique
De bleu vêtue,
Légère et têtue
Elle parle, elle rigole, elle danse
Elle pleure
Marylou Millecent

LIRE TOUTES LES CRITIQUES

 

texte et interprétation Céline Milliat Baumgartner / mise en scène Pauline Bureau / scénographie Emmanuelle Roy / costumes et accessoires Alice Touvet / composition musicale et sonore Vincent Hulot / lumière et régie générale Bruno Brinas / dramaturgie Benoîte Bureau / vidéo Christophe Touche / magie Benoît Dattez / travail chorégraphique Cécile Zanibelli
Le texte est publié aux éditions Arléa.

production : La part des anges / coproduction : Théâtre Paris-Villette, Le Merlan, scène nationale de Marseille, Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif / avec le soutien du Conseil départemental du Val-de-Marne dans le cadre de l’aide à la création / résidences de création : Théâtre Paris-Villette, Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif, Théâtre de la Bastille. / la compagnie La part des anges est conventionnée par le ministère de la Culture / Drac Normandie au titre du dispositif compagnies à rayonnement national et international. Elle est également conventionnée par la Région Normandie. Pauline Bureau est artiste de la bande du Merlan, scène nationale de Marseille. / développement et diffusion Olivia Peressetchensky / administration Christelle Krief, assistée de Paul Lacour Lebouvier / presse ZEF, Isabelle Muraour

© Pierre Grosbois

 

tarifs

PLEIN

20 €

REDUIT demandeurs d’emploi, intermittents, partenaires, +60 ans, situation de handicap, CE, familles nombreuses, minima sociaux

15 €

JEUNES -30 ans / étudiants

12 €

ENFANTS -12 ans

8 €

GROUPES collèges-lycées

8 €

GROUPES maternelles-élémentaires/champ social

8 €