avantlaube-1

10 mars 2021

Moi, résident•e #8 : Cie Avant l’Aube

Accueil » Les nouvelles du TPV » Moi, résident•e #8 : Cie Avant l’Aube

Dans cette période de grands bouleversements, on se console avec la chance qu’on a de pouvoir accueillir les artistes et les compagnies en résidence pour leurs créations.

On en a donc profité pour poser quelques petites questions à Agathe Charnet, Maya Ernest & Carla Azoulay-Zerah, metteuses en scène de la Cie Avant l’Aube, en résidence du 1er au 12 mars au Grand Parquet pour leur spectacle Tout sera différent.


Si vous deviez nous raconter votre spectacle à la manière d’un film de super-héros ?

Alma Brunel, 30 ans, cherche désespérément un antidote, une explication a la maladie de sa mère : Alzheimer ; qui décime une partie de la population et plonge le monde moderne dans l’oubli. Elle parcourt la mémoire collective, la matrice originelle à la recherche d’un remède, d’une réponse. La force chaotique de sa quête la plonge dans un voyage intérieur entre l’Algerie et la France. Une course contre la montre pour tromper l’amnesie, avec une conviction : tout est voué à disparaitre.

Si vous aviez 3 mots pour définir l’envie de votre spectacle ce seraient lesquels ?

Algérie – Mémoire(s) – Mère 

La maison d’artistes « idéale » pour vous, ce serait quoi ?

Un endroit où on réfléchirait ensemble à la création comme un espace qui s’affranchirait des vecteurs traditionnels de domination et d’oppression systémique. Un espace de réinvention des langages et des représentations. Un espace où poser son corps et reposer son âme, un espace à soi. Une chambre à soi collective et commune.
Un endroit sans Dieu ni maitre. Une endroit pour oublier le reste. Un endroit qui rendrait la vie supportable.

Comment expliqueriez-vous ce qu’est « une résidence » à ma grand-mère ?

C’est choisir ensemble de se mettre l’abri dans une cabane. Une cabane qui peut prendre des tailles, des formes, des dimensions différentes, mais au sein de laquelle on peut avoir le luxe immense de jouer à l’infini. De multiplier les possibles. D’explorer les manques. De jouir des ratés. Oui, une résidence c’est passer des journées entières dans les arbres.

Est-ce que vous avez un rituel avant ou pendant une résidence ?

Dans une autre vie et comme pour beaucoup, il y avait la joie de se retrouver au fil des ans et des créations comme en famille choisie, de rapprocher les tables en terrasse et recommander une tournée générale, courir ensemble voir des spectacles le soir et en parler des heures durant… Mais c’était dans une autre vie. En septembre 2020, en commençant la création, comme on était pas certain.e.s de ce qui allait se passer par la suite, on a fait une fête de première…répétition.

Durant cette résidence, avez-vous compris (ou découvert) quelque chose de nouveau sur votre spectacle ?

On a senti je crois l’urgence de devoir dire cette histoire-là, la nécessité intime et politique de donner corps et voix aux silences.

Un dernier mot à nous dire ?

Yallah.

P


Merci à toutes les trois, et belle route à Tout sera différent. On suivra avec beaucoup d’attention l’aventure de votre spectacle !


Présentation réservée aux professionnels vendredi 12 mars à 15h
réservations à l’adresse
resa@legrandparquet.fr

© photo Le Grand Parquet