Les lieux / le projet

© Thibaut Cuisset

© Thibaut Cuisset

Le Théâtre Paris-Villette

Premier établissement culturel à s’implanter sur le site de la Villette, en 1972, (alors que les abattoirs fonctionnent encore), le Théâtre Paris-Villette – qui s’appelait à l’époque Théâtre Présent – s’installe dans l’ancien Pavillon de la Bourse.

Au début de l’été 2013, la Ville de Paris a confié à Valérie Dassonville et Adrien de Van la mission de continuer à faire vivre le Théâtre Paris-Villette. Leur premier désir est que ce lieu reste le théâtre de création exigeant, attentif aux équipes et aux formes nouvelles, qui fonde son histoire ; un lieu ouvert aux compagnies où les artistes travaillent et se croisent. Il a pour objectif de fédérer les énergies artistiques comme les publics, et de s’adresser à tous : familles, adultes, enfants, adolescents.

Il possède trois salles : la Grande salle (env. 200 places), la Salle blanche (env. 60 places) et la Salle bleue (env. 30 places).

 

gp_1120x400

Le Grand Parquet

Le Grand Parquet, ancien parquet de bal devenu lieu de théâtre et de culture est un équipement de la Ville de Paris qui a ouvert ses portes en 2005, rue du Département, puis a poursuivi ses activités à partir de 2012 sur l’esplanade des jardins d’Éole dans le 18e arrondissement.

Aujourd’hui maison d’artistes, le Grand Parquet accueille tout au long de l’année des équipes en résidence (choisies sur appel à projet) pour des temps de création et de recherche. Laboratoire, lieu de vie, de rencontres et d’échanges, il n’en reste pas moins un lieu ouvert au public (rencontres, performances, lectures…) et disponible à des projets construits avec les habitants et les associations.

La salle du Grand Parquet permet d’accueillir entre 80 et 100 personnes.
www.legrandparquet.fr

 

La mutualisation du Théâtre Paris-Villette et du Grand Parquet s’inscrit dans une logique de complémentarité, tout en réaffirmant un projet culturel d’ouverture aux publics de tous âges, d’ancrage territorial et d’accompagnement des équipes artistiques. Relier ces deux établissements permet de faire de cette complémentarité une vraie synergie pour le développement et le rayonnement de chacun des espaces.